Nos conseils

Les Marchés boursiers

1Par Gabriel Couture

Conseiller en sécurité financière

Conseiller en assurance et rentes collectives

Planificateur financier

Représentant en épargne collective

Groupe financier Stratège

 

 

Il existe plusieurs instruments de placements sur les marchés financiers. Chaque investisseur trouve ce qui lui convient le mieux selon plusieurs facteurs déterminants, comme son profil ou sa tolérance au risque. Dans cet article, nous porterons une attention particulière sur les marchés boursiers, un sujet très populaire et actuel, mais très peu compris. Être en mesure de comprendre la bourse et son fonctionnement peut devenir un grand atout pour les clients, car les connaissances amènent une confiance supplémentaire, et avec celle-ci vient une plus grande sécurité. Cette sécurité procure un bien-être et une tranquillité d’esprit primordiale afin d’être en mesure de contrôler vos finances personnelles et familiales.

Concepts fondamentaux de la bourse

Le marché boursier est avant tout un lieu d’échange qui met en relation des acheteurs, appelés « investisseurs » et des vendeurs, appelés « émetteurs ».

Les entreprises ou les États s’inscrivent en bourse (Bourse de Toronto, de New York, de Shanghai, etc.), afin de pouvoir se financer grâce aux investisseurs. L’entreprise émet des actions qui seront disponibles à l’achat sur le marché. Une fois inscrite en bourse, cette dernière a des responsabilités envers les investisseurs. Chaque trimestre, celle-ci doit divulguer certaines informations financières. Évidemment, une bonne relation avec les investisseurs du marché est favorable pour l’entreprise.

L’investisseur quant à lui, n’achète pas directement les actions à l’entreprise. Celui-ci doit faire affaire avec un courtier ou un « broker ». C’est le courtier qui se charge de mettre en relation l’acheteur et le vendeur selon le prix demandé, et c’est lui qui se charge d’effectuer la transaction.

Le prix de produits vendus (titres), aussi appelé le « cours », varie selon l’offre et la demande. Le courtier charge des frais de transaction payés par l’acheteur. Avec les systèmes informatisés disponibles aujourd’hui, le tout se fait rapidement et un énorme volume de transaction est complété quotidiennement. En effet, en 2020 environ 70 milliards d’entre elles ont été effectuées sur les marchés pour des trilliards de dollars en valeur.

En bourse il est possible d’échanger :

  • Des actions;
  • Des obligations;
  • Des fonds de placement (indiciels, communs, FNB);
  • Des matières premières (pétrole, métaux, blé, etc.); et
  • Des devises.

Les actions, les obligations et les fonds de placement sont les produits les plus populaires. Les actions constituent les parts d’une entreprise que l’investisseur peut acquérir pour réaliser un profit lors de la vente ou pour recevoir des dividendes. Les actions sont assujetties à un risque plus élevé, mais rapportent généralement un rendement plus élevé. Ils sont exposés au risque sur le cours (prix) selon la volatilité de l’action.

Les obligations, quant à elles, sont une sorte de dette des entreprises ou des États, émise sous forme de titres, qui s’échange comme les actions. Les entreprises ou les États émettent des obligations pour accumuler un capital et versent un taux d’intérêt annuel fixe ou variable à l’acheteur. Le principal risque est celui des taux d’intérêt. En effet, les obligations ont tendance à varier à l’inverse de ces derniers. Elles sont moins risquées, mais rapportent un moins grand rendement dans le temps.

Les fonds indiciels (index) sont un ensemble de valeurs mobilières (ou d’autres actifs), qui a pour objet de représenter le rendement d’un secteur économique ou d’une partie du marché, à un moment précis. Sur la Bourse de Toronto, l’ensemble le plus populaire est le S&P TSX. Les plus gros indices boursiers sont le S&P 500, Dow Jones, NASDAQ et MSCI World. Ces fonds servent à mimer le marché, amènent une plus grande diversification et réduisent le risque.

 

Bien comprendre le risque

Connaître sa tolérance face au risque est primordial pour un investisseur et pour se faire il faut être en mesure de bien le comprendre. Parmi tous les types de risques (inflation, marché, taux d’intérêt, change, crédit, liquidité, etc.), il existe deux catégories : le risque systématique et le risque non systématique. Pour un investisseur, il est primordial de bien les distinguer et de les comprendre.

Le risque systématique est le risque associé à l’ensemble du marché. Il dépend des évènements économiques et n’est pas associé à une action ou un placement précis. Ce risque est « nondiversifiable ». Cela veut dire que peu importe la façon dont votre portefeuille est réparti, cette partie du risque ne peut pas être éliminée. Il dépend du risque économique, du risque de change, du risque des taux d’intérêt et des actions.

Le risque non systématique est quant à lui un risque spécifique. C’est-à-dire qu’il est associé au risque que la valeur d’un placement change, selon des facteurs qui sont propres au placement lui-même. Ce risque est diversifiable et peut être éliminé en parti ou en entier. Il est PRIMORDIAL pour un investisseur de diversifier ses investissements dans la répartition suivante : secteur, géographie, grosseur des entreprises (small cap, mid cap, large cap), et dans le temps. En effet, la répartition stratégique d’un portefeuille explique environ 90 % de la variabilité des rendements (tendance à créer des écarts de rendement) du dit portefeuille.

Investir dans les marchés boursiers peut être très payant pour vous et votre famille, à condition que vous compreniez bien son fonctionnement. N’hésitez pas à approfondir vos connaissances dans le domaine. Vous en sortirez gagnant. Chez Groupe Financier Stratège, nos conseillers peuvent vous aider à atteindre vos objectifs et à mettre en place une stratégie d’investissement sur mesure. Ils vous aideront à bien comprendre votre tolérance au risque ainsi que votre profil d’investisseur.

 

 En savoir plus au sujet de Gabriel Couture et de son équipe.