Services professionnels

1- PLAN FINANCIER

La meilleure planification financière est celle qui repose sur la réalité de vos besoins et sur la compréhension de vos objectifs à court, moyen et long terme. Notre rôle est donc d’établir avec vous les principaux défis qui entourent votre entreprise, votre famille et vous-même. Pour ce faire, nous débutons toujours par une série de questions qui nous permettront de définir le meilleur parcours pour vous et votre succession. Nous vous accompagnerons tout au long de cette démarche afin d’assurer votre sécurité financière et votre satisfaction. Votre parcours financier, créé en fonction de votre profil et de vos objectifs, sera élaboré en prenant compte de l’analyse des points suivants :

Volet protection de vos actifs :

  • Pour une protection nécessaire à la préservation de votre patrimoine et à la qualité de vie de vos héritiers en cas de décès par le biais d’assurance vie.
  • Pour une protection vous garantissant une rente en remplacement de votre revenu en cas d’incapacité de travailler à court, moyen et long terme par le biais d’une assurance invalidité.
  • Pour une protection de vos économies et plans de retraite par un montant forfaitaire en cas de maladies graves par le biais d’une assurance contre les maladies graves.
  • Pour une protection de l’assurabilité future de vos enfants par le biais d’assurance vie.
  • Pour une protection et des avantages offerts à vos employés et aux cadres de votre entreprise.

Volet retraite et investissements :

  • La révision de vos actifs personnels et corporatifs, comprenant l’ensemble de vos investissements.
  • Pour une planification de votre retraite selon vos besoins et vos objectifs.
  • Pour une planification des études de vos enfants grâce à des régimes enregistrés d’épargne-études (REEE).
  • Pour l’élaboration de votre profil d’investisseur et la répartition de vos placements actuels et futurs.
  • Pour l’établissement d’un budget pour la gestion de vos dettes et emprunts.
  • Pour l’évaluation de vos intérêts et avantages à considérer le don planifié.

Volet fiscalité :

  • Pour une planification de vos liquidités successorales ainsi que des dépenses et impôts à payer au décès.
  • Pour la révision de vos rapports d’impôts et des états financiers de votre entreprise afin que vous puissiez bénéficier de tous les avantages fiscaux disponibles pour vous et votre entreprise.
  • Pour la production de votre bilan actuel et successoral.
  • Pour la révision de vos documents légaux (testaments, mandats en cas d’inaptitude, contrat de vie commune, conventions entre actionnaires, structure fiduciaire).

Chaque personne est unique et mérite une évaluation personnalisée de ses objectifs et de ses besoins pour ainsi avoir accès à un parcours financier qui répond parfaitement à ce qu'elle désire, et c’est exactement ce que nous faisons chez Stratège. Ces différents points sont essentiels pour établir la meilleure planification financière possible et, grâce à notre approche sur mesure, vous pourrez obtenir un plan financier personnalisé et spécifique à votre mode de vie.

2- GESTION DES RISQUES

Après l'identification des risques, on doit évaluer les conséquences possibles que ces risques peuvent entraîner. Cela prend en compte les paramètres de vulnérabilité : les causes, les objets de risque et les conséquences avec leur gravité potentielle. Tout dépend, principalement, de la probabilité qu’un risque survienne.
La méthode établie par les économistes pour quantifier l’incertitude économique a été de modéliser les risques. À partir de statistiques historiques, ils estiment les probabilités qu’un risque a de se produire, bien que rien ne dise que les évolutions passées soient un bon indicateur du futur.

En tant qu’entrepreneur ou chef d’entreprise, il vous est essentiel d’intégrer le fait indéniable que les risques financiers demeurent indissociables des marchés financiers.

Il existe plusieurs types de risques financiers. Toutefois, il est difficile d’en dresser une liste définitive et exhaustive, dans la mesure où les marchés financiers et le monde économique sont en constante lutte pour gérer et affronter l’augmentation continue de nouveaux risques. Le besoin de rester constamment « à jour » et l’impossibilité de recenser un nombre précis de risques sont les principales difficultés des économistes.

RISQUES FINANCIERS EN ENTREPRISE : TYPOLOGIE DÉTAILLÉE

  • 1- Risque de taux d’intérêt
    Il s’agit d’un risque qui fait planer une grande part d'incertitude sur les résultats de l’entreprise. On évoquera donc, notamment :

    • 1.1- Le risque des pertes-emprunts : C’est le risque que les taux des crédits progressent dans un sens défavorable. Par exemple, si vous empruntez à un taux variable, vous courez automatiquement un risque de taux (cas d’augmentation du taux), puisque vous serez obligé de payer plus cher. Inversement, si vous êtes prêteur, le risque que vous courez s’impose en cas de baisse des taux, puisque vous perdrez automatiquement des revenus.
    • 1.2- Le risque « capital » : Toute structure professionnelle est un portefeuille d’actifs représentant, plus concrètement, un ensemble des titres financiers (de capital ou de créance).
  • 2- Risque de change
    On parlera de ce type de risque dans les cas où la structure procède à une opération usant une devise différente de sa monnaie nationale. Il s’agit donc d’un risque évident directement lié aux fluctuations des cours des devises internationales entre elles et indirectement lié au facteur temps.
  • 3- Risque de contrepartie
    C’est un risque que court l’entreprise lorsque ses partenaires deviennent défaillants. C’est, par exemple, le cas lorsqu’un partenaire contractuel de l’entreprise ne réussit pas ou refuse de tenir ses engagements (livrer des produits, verser un paiement, rembourser une dette…).
  • 4- Risque de liquidité
    Ce risque s’appuie sur la facilité ou la difficulté rencontrée pour acheter ou pour revendre un actif. Si un investisseur est impliqué dans un marché manquant de liquidité, le problème serait naturellement le manque d’acheteurs ou de vendeurs.
  • 5- Risque de faillite
    Également appelé « risque de défaillance », le risque de faillite remet en question la santé monétaire et financière de la structure concernée. Il remet en doute l’équilibre et la solidité des structures financières de l’entreprise, considérant sa solvabilité, sa liquidité ainsi que sa capacité à faire face aux autres risques de même nature. La solution pour gérer ce type de risque réside, tout d’abord, dans la nécessité à procéder à l’évaluation des masses du bilan et de leur structure.
  • 6- Risque pays
    Ce risque va dépendre soit de l’emplacement de l’entreprise elle-même, soit du lieu des transactions et des opérations qu’elle conduit. On parlera donc du risque pays dans les cas où le pays en question traverse une crise importante (guerre, économie défaillant..). Les structures professionnelles (même les plus solvables et crédibles) se retrouveront également en crise.

    • 6.1- Le risque politique :
      Ce risque s’inscrit dans la même lignée que le risque pays, puisqu’il est directement lié aux conséquences des actions, prises de position et autres occurrences politiques ou administratives, qu’elles soient nationales ou internationales, ayant des incidences néfastes sur l’entreprise importatrice.
  • 7- Risque relié aux investissements
    • Risque de marché : Risque que la valeur d’un actif baisse, le cas échéant en deçà de son prix d’achat. Ce risque se décline lui-même en risque action (ou assimilé action), risque de taux et risque de change.
    • Risque de change : Risque que la valeur d’un actif acheté dans une devise étrangère se déprécie du fait la baisse de taux de conversion de cette devise.
    • Risque de taux : Risque que le rendement d’une obligation diminue à cause de la baisse des taux d’intérêt.
    • Risque d’inflation : Risque que le rendement réel d’un actif se dégrade sous l’effet d’une remontée du taux d’inflation.
    • Risque de crédit : Risque que l’émetteur public ou privé d’un titre de créance fasse défaut et ne soit pas en mesure de payer les coupons ou de rembourser le capital de sa dette.
    • Risque de pays : Risque que l’environnement juridique et fiscal d’un pays évolue et dégrade le rendement des actifs de ce pays.
    • Risque de liquidité : Risque de ne pas pouvoir céder un actif dans le délai et au prix raisonnablement attendus.
  • 8- Risque de la relève
  • 9- Risque géologique et/ou climatique
    Risque relié à l’impact que peut avoir le facteur climatique et/ou géologique sur la conduite des opérations ou des transactions de l’entreprise.

3- FIDUCIE

3.1- Encadrement et gouvernance

Notre offre de service élargie ainsi que notre large réseau de contacts nous permet de vous mettre en lien avec des professionnels de plusieurs secteurs financiers, tant en fiscalité que du côté légal. En ce sens, nous pourrons vous encadrer en vous donnant accès à des règles de gouvernance afin de mieux gérer la mise en place et la gestion de vos différentes strates financières, en plus de vous accompagner dans l’élaboration d’un comité de direction.

Le rôle principal d’une fiducie est de gérer le patrimoine familial et les dépenses discrétionnaires d’une personne lors de son vivant et également après son décès. Le fait d’avoir un regard proche, mais extérieur, permet un développement harmonieux de la gestion des biens d’une personne dans le respect de ses valeurs.

Afin de mettre de l’ordre dans la famille, au plan relationnel et au plan financier, un conseil sera formé. Ce dernier sera constitué des membres de la famille et de personnes extérieures pour enrichir les discernements. Ce conseil se rencontre quelques fois par année pour gérer les avoirs et la distribution de la fiducie et faciliter le dialogue.

La fiducie est un bien collectif à perpétuer comme patrimoine familial. Il est indivisible. Il est impossible de demander son dû et de partir par la suite. Le conseil a d’abord comme mandat d'assurer la continuité des projets contenus dans la fiducie, dans l’esprit insufflé par la personne décédée. Cependant, les bénéficiaires pourront décider de disposer des biens (ex. : une entreprise) si la continuité n’est pas assurable par les enfants ou petits-enfants. La valeur de ces biens sera toutefois remise dans la fiducie.

Les revenus annuels de la fiducie proviennent de :

  • Loyers payés annuellement par l’entreprise
  • Dividendes versés annuellement par l’entreprise
  • La plus-value annuelle des biens (terrains et bâtisses)
  • La plus-value obtenue par la fin du remboursement d’une hypothèque ou d’une dette

Il y a deux formes de sorties d’argent : prêts ou dons. Dans chacun des cas, une demande écrite (courriel, lettre) doit être faite par le demandeur au conseil de fiducie, qui analysera chaque demande, cas par cas. La demande doit être accompagnée d’un budget ou d’un plan concernant l’utilisation du montant demandé. La priorité est accordée aux demandes concernent la santé et l’éducation.

Le conseil attribue le montant qu’il juge pertinent, selon trois critères :

A) le besoin du demandeur;
B) la capacité de payer de la fiducie;
C) le risque financier pouvant affecter la fiducie.

Dans le cas de don ou de prêt pour des études, le montant est accordé sous condition de réussite scolaire. Sinon, le montant devra être remboursé à la fiducie. Dans le cas d’un prêt, le mode de remboursement sera convenu d’avance avec le conseil.

Après chaque rencontre du conseil, un mot sera envoyé par courriel à tous les membres du conseil pour leur faire part des réflexions et décisions (ex. : dons, prêts, dispositions...) du conseil. Cela assure une bonne communication et une bonne relation entre tous les membres.

 

3.2- Fiducie familiale

Transférer de l’argent dans une fiducie peut procurer de nombreux avantages, surtout pour les gens fortunés. Les propriétaires d’entreprise et leur processeur pourraient tirer profit des avantages suivants.

Dans un premier temps, cela permet d’assurer la pérennité du capital que vous avez amassé durant votre vie active. De cette manière, vous pouvez transmettre de l’argent à vos héritiers qui semblent trop jeunes ou frivoles pour contrôler leurs biens à ce moment de leur vie.

Dans un deuxième temps, il est possible de fractionner les revenus au sein d’une famille. En recourant à cette formule, vous partagerez vos revenus avec votre femme et vos enfants pour ne pas être le seul contribuable qui sera imposé sur cet argent. Cela a l’avantage de diminuer le montant d’impôt à payer sur les dividendes reçus. D’importantes économies fiscales seront faites de cette façon, année après année.

De plus, lors du décès de la personne fortunée, on évitera de payer de l’impôt sur les gains en capital. Une fiducie ne meurt jamais, alors on évite d’imposer les gains actifs.

La fiducie familiale permet également de faciliter la transmission (totale ou partielle) de l’entreprise familiale aux enfants et/ou à des employés clés. La fiducie, tout comme l’assurance vie permet dans plusieurs cas de limiter les conséquences fiscales négatives subies au transfert de l’entreprise à la génération suivante. Cette structure permet également de récompenser un enfant qui a participé à la PME par un don des actions sans conséquence fiscale.

Même lorsque la fiducie devient actionnaire de la PME, le parent qui était propriétaire des actions de la PME en conservera le contrôle en détenant des actions « super-votantes ». Il existe également plusieurs autres avantages à la détention des actions d’une PME par une fiducie familiale.

Les fiducies doivent être payées d’impôt une fois tous les 21 ans sur leurs gains en capital dû à la réglementation fiscale.

 

3.3- Fiducie testamentaire

Êtes-vous inquiet de ce qui arrivera après votre mort ? Laissez-vous derrière vous un enfant handicapé ou des enfants qui ne connaissent pas la valeur de l’argent ? On connait tous de ces histoires où un héritier a gaspillé un important héritage en quelques mois à peine. Il y a un moyen de vous rassurer et de protéger vos actifs. Cette méthode est la fiducie testamentaire. Le testateur nomme à titre de fiduciaire une personne ou une société de fiducie qui gérera le patrimoine après son décès. Celui-ci prendra toutes les décisions qui la concernent jusqu’à ce que les conditions de la fiducie soient remplies. La fiducie testamentaire permet donc au testateur d’exercer un certain contrôle sur l’utilisation de son patrimoine après son décès. Ce contrôle peut s’étendre sur une période plus ou moins longue selon les volontés du testateur.

Tout d’abord, cette fiducie vous permettra de donner, de votre vivant, des instructions précises concernant les sommes que vous léguez. À partir d’un testament, le testateur écrit les termes auxquels son argent sera transféré à une fiducie au profit d’un ou de plusieurs bénéficiaires. Contrairement à une succession ordinaire où la somme ou les biens impliqués sont directement remis à l’héritier désigné, la fiducie testamentaire est remise à une autre fiducie qui prendra en charge la gestion de l’argent selon les directives ayant été remises. Par exemple, la fiducie peut être responsable d’acquitter des frais liés aux soins et à la prise en charge d’un enfant handicapé ou encore, les frais scolaires d’enfants mineurs jusqu’à l’âge de 18 ou 21 ans.

L’un des principaux avantages indirects est l’épargne qu’elle permet sur le plan fiscal, et ce, que ce soit par le fractionnement des revenus entre la fiducie ou les proches ou bien par l’étalement des versements de capital dans le temps. Le fractionnement consiste à diviser les revenus gagnés par un contribuable (ex. : la fiducie) et à les attribuer en partie ou en totalité à d’autres (ex. : les bénéficiaires) afin de payer moins d’impôts.

Une fiducie testamentaire n’est pas réservée qu’aux personnes fortunées. Peu importe l’ampleur de la succession, cette méthode est accessible à tous. Sa souplesse permet de s’adapter à n’importe quelle situation familiale. Elle vise principalement à protéger les proches qui se retrouveront vulnérables après la mort d’une personne.

Un testament fiduciaire est un document complexe qui nécessite une bonne connaissance des lois en vigueur. Dans le cas d’un testament fiduciaire, il doit être bien rédigé et respecter plusieurs critères afin d’être légal. Il est préférable d’en confier la rédaction à un notaire spécialisé en la matière, ce que nous serons en état de vous aider à faire au besoin.

 

3.4 – Fiducie de protection d’actifs
Pour les contribuables de plus de 65 ans.

Tout comme les autres fiducies, la fiducie en faveur de soi-même et la fiducie en faveur du conjoint permettent d'éviter les frais d'homologation. Ces deux nouvelles formes de fiducie permettent également de profiter d'avantages fiscaux uniques.

Principal avantage de la fiducie pour soi, comme le fiduciaire d’une fiducie en faveur de soi-même est le nouveau propriétaire des biens aux yeux de la loi, les biens ne sont plus la propriété personnelle du disposant. Ainsi, au décès du disposant, les biens ne sont pas considérés comme faisant partie des biens homologués.

En règle générale, lorsque vous transférez des biens dans une fiducie, ils sont considérés, selon les lois fiscales, comme ayant été vendus. Cela signifie que, si ces biens ont pris de la valeur depuis la date de leur acquisition, un impôt doit être payé sur cette plus-value.

Toutefois, il en va autrement lorsque vous transférez des biens dans une fiducie en faveur de soi-même ou une fiducie en faveur du conjoint. Bien que la fiducie soit, dans les faits, le nouveau propriétaire des biens, aux yeux du fisc, c'est comme si le transfert de propriété n'avait jamais eu lieu. Donc, même si les biens ont pris de la valeur, aucun impôt n'est appliqué à la plus-value.

Pour que la fiducie puisse être admise comme fiducie alter ego, vous devez en être le seul bénéficiaire jusqu'à la fin de votre vie. Avant votre décès, tout le revenu en fiducie vous est versé, et vous payez la totalité de l'impôt sur ce revenu. Vous avez également accès au capital dans la fiducie.

Après votre décès, la fiducie gère les avoirs restants pour les autres bénéficiaires désignés dans l'acte de fiducie. La fiducie peut distribuer ces biens aux autres bénéficiaires sans qu'une homologation soit nécessaire.

Vous pouvez également choisir de faire cadeau des biens à une fiducie en faveur du conjoint. Dans une fiducie en faveur du conjoint, c'est vous et votre conjoint qui êtes les bénéficiaires initiaux, et ce, jusqu'à la fin de votre vie à tous les deux.

Au décès du conjoint survivant, la fiducie commence à gérer les avoirs en fiducie pour les autres personnes désignées dans l'acte de fiducie. Il convient de souligner que votre conjoint ne peut pas changer le nom de ces bénéficiaires finaux.

4- TRANSFERT D'ENTREPRISE

Puis-je céder graduellement mon entreprise si je ne suis pas prêt à lâcher prise? Comment choisir une personne digne de confiance pour reprendre les rênes? Comment céder mon entreprise sans semer la discorde dans ma famille et au sein de mon personnel? Est-ce plus rentable de céder mon entreprise à un parfait étranger?

Avec l’aide de nos conseillers, ces questions ont pu trouver rapidement des réponses. Nos conseillers ont, par la même occasion, pu prendre en compte les préoccupations financières, personnelles et familiales des cédants.

  • 1- INTENTION DU CÉDANT ET FAISABILITÉ DU TRANSFERT (outil de diagnostic)
    Quels sont vos projets après le transfert? Avez-vous déjà choisi un repreneur? Si oui, avez-vous pleinement confiance en lui? À quoi ressemble la valeur marchande de votre entreprise? Pouvez-vous obtenir un financement efficient? Le contexte fiscal est-il favorable?
  • Un portrait de l’environnement interne et externe entourant votre entreprise nous permet d’établir un plan de relève réaliste qui assurera la réussite du transfert de votre entreprise.
  • 2- MOBILISER LES ACTEURS STRATÉGIQUES
    Avez-vous toutes les ressources humaines nécessaires à votre disposition? Votre intégrateur sera votre plus grand allié durant le transfert. Il s’assurera à la fois de la gestion de conflits personnels et familiaux, de la coordination et de la mobilisation d’une équipe multidisciplinaire. Il faut aussi s’assurer d’avoir une méthode de communication pour que la transition se fasse en douceur et que la confiance règne toujours entre les dirigeants et les employés suite à celle-ci.
  • 3- CONSIDÉRER TOUS LES ASPECTS FINANCIERS
    Il est question ici de rendre en considération tous les besoins financiers actuels et futurs liés au transfert. Qu’avez-vous besoin pour maintenir votre mode de vie présent et quels sont vos délais pour l’obtenir? Vos repreneurs sont-ils en mesure d’acheter l’entièreté des parts de l’entreprise? Avez-vous assez de profits pour être capable de vous payer et de financer les ambitions de votre relève? Ces questions nous donneront une piste pour choisir parmi les différentes possibilités de transfert, soit progressif ou complet.
  • 4- RÉFLEXION STRATÉGIQUE EN PROFONDEUR
    Une réflexion approfondie des buts, des stratégies et des ressources pour les prochaines années sera faite. Nous prendrons en considération les visions du cédant et ceux de la relève pour orienter le plan stratégique. Ce processus commence par une distinction précise de la répartition des tâches, ce qui créera une structure organisationnelle claire et compréhensible pour tout le monde.
  • 5- ANALYSER L’ENSEMBLE DES ASPECTS FISCAUX
    En passant par la structure, la valeur de l’entreprise, la documentation légale, la couverture d’assurance et plusieurs autres, nous proposerons un scénario de transfert idéal (gel, fiducie, etc.). Tout cela a pour but de maximiser les économies fiscales du cédant, du repreneur et de l’entreprise pour la déduction de ses gains en capital. Notre rôle est de vous accompagner et de vous conseiller dans tous les aspects de votre planification successorale et testamentaire.
  • 6- RECHERCHER LE FINANCEMENT NÉCESSAIRE
    Nous proposons plusieurs options de financements (prêt et subvention) que vous serez invité à choisir en fonction de la stratégie qui aura été conçue pour vous. Les options suivantes vous seront offertes : sécuriser votre situation financière et vendre une part de l’entreprise à un tiers pour l’encaissement rapide de liquidité, financer vous-même une partie de la transaction ou vendre au repreneur 100 % de l’entreprise avec un financement traditionnel. Le meilleur moyen de faire de bonnes affaires est de favoriser la négociation avec les partenaires d’affaires.
  • 7- METTRE EN PLACE LE PROCESSUS DE TRANSFERT
    Il importe d'assurer un suivi pour le succès à long terme de l’entreprise. Divers mécanismes peuvent être utilisés : conseils de gestion, conseils de famille, comités consultatifs, etc. Ceux-ci restent normalement en place entre 12 et 24 mois, mais peuvent exister jusqu’à quatre ans au besoin. Le plus important est de développer les aptitudes du repreneur et d’accepter la relève.

Passer le flambeau n’est jamais chose facile, mais si vous prenez des décisions réfléchies concernant votre transfert d’entreprise, ce sera plus facile sachant que le tout sera entre bonnes mains. Vous avez réussi à construire une entreprise qui mérite de continuer sa route, et des gens sont prêts à la reprendre, car ils croient réellement en ce que vous avez fait. La meilleure manière pour vous de vous assurer qu’ils feront du bon travail est de leur montrer tout ce que vous savez. Aussi épeurant que cela puisse paraître, vous ne serez jamais laissé à vous-même durant le processus. Nous serons là à chaque étape.

5- DONS PLANIFIÉS

Au sens le plus large, l’expression « don planifié » désigne tout don qui a fait l’objet d’une planification financière, fiscale ou successorale.

L’Association canadienne des professionnels en dons planifiés nous donne cette définition :

« Un don planifié est l’aboutissement d’un processus de planification de dons de bienfaisance, immédiats ou futurs, qui reflète les désirs et les objectifs philanthropiques exprimés par le donateur et qui tient compte du contexte personnel, familial et fiscal qui est le sien. »

Vous pouvez prévoir l’une ou l’autre des formes suivantes de don planifié :

1. Les dons immédiats

  • Le don d’une somme d’argent
  • Le don de titres admissibles (actions, obligations et autres titres)
  • Le don de biens immobiliers et d’autres dons en nature
  • Le don d’obligation à coupons détachés
  • Le don au moyen de l’assurance vie (valeur de rachat)

2. Les dons futurs ou différés

  • Le don testamentaire
  • Le don d’assurance vie (capital-décès)
  • La rente de bienfaisance
  • La fiducie de bienfaisance
  • L’intérêt résiduel

6- STRATÉGIE D'OPTIMISATION FISCALE DU RÉGIME D’ASSURANCE COLLECTIVE

Avez-vous déjà procédé à l’analyse fiscale de votre régime d’assurance collective? Cette approche permet de générer des économies importantes (pouvant atteindre 30 % et plus) des primes que vous déboursez actuellement, et il n’est pas nécessaire de changer d’assureur afin de profiter de ces économies. C’est une approche innovatrice qui est basée sur le remaniement de la structure actuelle de paiement des primes d’assurance collective afin d’optimiser le volet fiscal et d’en réduire ainsi les implications.

Le principe de base repose sur le paiement de la prime de la part de l’employé sur un salaire brut au lieu du net. En ce sens, les augmentations des renouvellements futurs sont calculées sur la masse salariale et font partie de l’évaluation des budgets alloués au moment des ajustements annuels. Les augmentations sont présentées à chaque employé une fois par année lors de la présentation de la rémunération globale.

Ce procédé peut être utilisé dans des entreprises de 50 à 500 employés ayant une prime d’assurance collective d’au moins 100 000 $, qui utilisent le partage de la prime à 50 %-50 % avec les employés et au cœur desquelles les ajustements salariaux se font une fois par année pour tous.

7- TRANSFORMER LES RÊVES EN HÉRITAGE

Au Groupe Financier Stratège, nos services ne se limitent pas à la vente d’assurances et de produits financiers. Notre désir premier est d’amener les gens à rêver, à planifier et à créer un héritage. C’est donc dans cet état d’esprit que nous venons travailler tous les jours.

Notre processus débute par une planification accrue impliquant la détermination de vos besoins et vos objectifs. De cette manière, il est possible de vous créer un parcours financier personnalisé pour vous aider à ce que vos rêves deviennent réalité. L’efficacité de nos services passe par un accompagnement continu de nos clients durant toute la réalisation de leur plan. Que ce soit pour vous, votre entreprise ou votre famille, nous ferons en sorte que tous vos projets se concrétisent.

Plusieurs stratégies sont proposées aux familles fortunées canadiennes pour leur permettre d’arriver à leurs buts. Par exemple, l’utilisation d’avantages fiscaux reliés aux produits d’assurance vie leur permettra de doubler la valeur de l’héritage sans diminuer la valeur nette nécessaire pour couvrir leurs besoins de revenus lors de leur retraite. Le transfert d’importante somme d’argent pour laquelle il y a des impôts latents serait aussi possible en prévoyant lesdites transactions, ce qui permettrait d’optimiser la valeur nette transférable aux générations à venir.

Ces options ne sont qu’un aperçu des multiples services que nous pouvons vous offrir. Une rencontre avec notre équipe sera la première étape vers l’atteinte de vos objectifs. Par la suite, un plan sera conçu afin que vous puissiez avancer dans la bonne voie. Vous n’avez plus aucune raison pour repousser vos rêves avec le Groupe Financier Stratège. Nous sommes là pour vous guider!

services-professionnels